Retour à la liste

Actualité

vendredi 14 novembre 2014

Saïd Hammouche : « Nous misons sur la valeur d’exemple pour que les entreprises les plus ouvertes emmènent les autres dans leur sillon »

Saïd Hammouche est fondateur de Mozaïk RH, cabinet de recrutement et de conseils en ressources humaines à but non lucratif agissant pour favoriser l’insertion des candidats issus des quartiers populaires. Dans le cadre d’Osons la France, il interviendra sur le thème de « L’emploi et ses mutations en 2025 : les mutations du marché du travail ».

Les discriminations à l’embauche sont-elles toujours aussi visibles ?
Nous avons décidé de nous engager sur les questions de lutte contre les discriminations car la thématique des jeunes issus des quartiers populaires était peu traitée en France. Quand on habite une zone discriminée comme le 93, quand on est une femme, que l’on vient d’une origine sociale différente, les candidatures sont traitées différemment. Or il y a une dizaine d’années, cela relevait encore du déni : on estimait que cela n’était pas possible dans une France républicaine qui privilégie le mérite. Pourtant, selon une étude du Bureau international du travail (BIT) de 2007, les candidats d’origine noire africaine ou maghrébine ont 4 à 5 fois moins de chances qu’un candidat d’origine hexagonale ancienne d’accéder à un entretien. Une étude de l’Observatoire national des zones urbaines sensibles (Onzus) de juin 2012montre qu’un candidat issu d’une zone urbaine sensible a moins de chances d’accéder aux entretiens quel que soit son nom de par la réputation de ces quartiers. Enfin, une étude du Centre de recherche en économie et statistique (Crest) sur le CV anonyme datant de 2007 prouve également que les femmes ont davantage accès aux entretiens d’embauche quand leur CV est anonymisé.

Comment y remédier?
Pour réagir à cette injustice, plutôt que de rester dans une logique de combat et de militantisme qui prévalait dans les années 1980, nous avons souhaité proposer une solution pragmatique et créer le premier cabinet de recrutement qui promeut les candidats issus des quartiers sensibles en 2007, Mozaïk RH. Nous avons travaillé avec des employeurs engagés : une entreprise sur deux du Cac 40 a utilisé nos services. Environ 2500 candidats ont signé un contrat grâce à cette méthode. La réussite naît de deux facteurs. Il s’agit d’abord d’accompagner les recruteurs en prenant le temps de les rassurer, de les aider à identifier les postulants et ensuite d’accompagner les candidats en affûtant leurs recherches. Notre tactique consiste à avancer avec les entreprises les plus ouvertes aux recherches de solutions. Nous misons beaucoup sur la valeur d’exemple pour qu’elles emmènent les autres dans leur sillon. De la même manière, un candidat issu des quartiers populaires exemplaire, efficace au travail, aide à changer le regard sur ce type de postulant. Du côté du candidat, nous proposons des outils spécifiques de coaching et des services de type CV vidéo. Du côté des entreprises, nous effectuons un tri des candidatures pour leur garantir une qualité de qualifications et nous permettons aux recruteurs d’être formés à la non discrimination.

Quelle piste lancée dans le sens d’une évolution proposez-vous de suivre?
Il était temps d’organiser une manifestation de grande ampleur comme Osons la France pour déterminer comment les solutions, dont regorge la France, peuvent être généralisées pour changer son destin. Par exemple, avec le groupe Adecco et la filiale expert recrutement, nous construisons un partenariat à double entrée : d’abord en commercialisant une offre de recrutement commune, puis en recommandant les candidats des quartiers vers les agences du groupe.

 

 

leo consectetur elementum vulputate, id libero. sem, dictum