Retour à la liste

Labho

jeudi 04 juillet 2019

Le Lab’Ho à la Spring School du Réseau international des Cités des métiers

À l’invitation du réseau international des Cités des Métiers, le Lab’Ho s’est penché, avec d’autres experts de l’emploi, sur la question des « mutations sociales et du rapport au travail ». Dans un contexte d’accroissement des mobilités géographiques et professionnelles et sous l’impact des nouvelles technologies, la relation de l’individu au travail et le monde du travail lui-même est en pleine mutation. Quels sont ces changements ? Vers où va-t-on ? Comment nous préparer, préparer nos collaborateurs et nos entreprises au changement ?

Anne-Sophie Casteigt, responsable développement et partenariats, a partagé le regard du Lab’Ho avec 4 autres analystes : Patrick Lévy-Waitz, Président de la Fondation Travailler autrement, René Bagorski, Président de l’Association française de réflexion et d’échange sur la formation, Jean-Michel Bonvin, Professeur à l’Université de Genève, fondateur du réseau Réseau RE-inVEST et Lionel Larqué, Délégué Général de l’Alliance science société.

L’occasion pour le Lab’Ho de souligner que plusieurs méga-tendances sont à l’origine des mutations du travail actuelles : la transition numérique, certes, mais pas que. La mondialisation continue à s’intensifier, la transition démographique et le vieillissement de la population européenne auront des impacts majeurs sur les préférences de consommation et les équilibres de la protection sociale dans les années à venir et la transition énergétique est une nécessité qui appelle des changements radicaux dans nos modes de consommation et de production.

Les tendances

En l’état de nos connaissances, ces grandes tendances ont plutôt un impact positif sur le volume de l’emploi. En témoigne le taux d’emploi mondial, qui n’a jamais été aussi haut. Mais sous cette augmentation apparente, de grands mouvements de destructions / créations d’emplois sont à l’œuvre. L’OCDE a ainsi établi que 14% des emplois présentaient un fort risque de disparition sous le coup de l’automatisation et que 32% allaient être profondément transformés dans les 15 ans à venir. La transition énergétique présente elle aussi un fort potentiel de création nette d’emplois (+6 millions d’après le BIT si l’on respecte l’accord de Paris), tout en conduisant à des disparitions d’emplois inévitables dans certains secteurs fortement polluants.

Les formes d’emploi

Du côté de la qualité de l’emploi, les nuages s’accumulent. La norme du CDI à temps complet qui a fait le socle des sociétés industrielles s’érode avec la montée des formes atypiques d’emploi : temps partiels (subis), contrats courts à très courts (la durée médiane des CDD français est de 5 jours), « nouvelles » formes d’emploi avec le regain d’intérêt du travail indépendant et ses différents visages, du freelance au travailleur de plateforme en passant par la gig-économie.

Les risques

Les risques dans ce monde du travail en mutation sont de plusieurs ordres. D’abord une répartition inégale des gains apportés par les différentes transitions en cours et des impacts négatifs concentrés sur certaines régions, certains secteurs et certains actifs (les moins qualifiés), qui nécessitent donc de concentrer les moyens d’accompagnement sur ces populations. Ensuite, la polarisation du marché du travail avec la montée des inégalités qu’elle dessine et la diminution constante des « classes intermédiaires ». Enfin, un risque en termes de protection sociale, attachée jusqu’à présent à un statut, le CDI, qui cède du terrain.

Quelles recommandations ?

Pour faire à cette « 4ème révolution industrielle », le Lab’Ho partage le consensus des principales organisations internationales autour de la nécessité d’activer 3 leviers : réinventer les protections sociales ; accompagner les transitions professionnelles et former tout au long de la vie.

Les Cités des métiers sont donc au cœur des enjeux en cours et représentent, pour le Lab’Ho, une solution extrêmement puissante aux questions de transitions professionnelles qui se posent de manière urgente. En guise de conclusion, le Lab’Ho propose 3 pistes de réflexion au réseau international des Cités des métiers : développer une approche dédiée et davantage pro-active en direction des publics qui en ont le plus besoin (secteurs en déclin, salariés « atypiques ») ; parler le langage de la preuve pour valoriser leur modèle, en s’appuyant notamment sur les données trop peu exploitées dont elles disposent ; et mettre la transition énergétique au cœur de leur préoccupation car la question sociale et l’accompagnement des actifs sont des conditions sine qua non pour un passage socialement acceptable vers une économie durable.

 

20 juin 2019
Marianne Berg / Anne-Sophie Casteigt

commodo pulvinar neque. elit. risus quis,